PETITES COMPLIES

(Se dit chaque soir avant du coucher - hormis en semaine du Grand Carême)

Par les prières de nos pères saints, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi. Sainte Trinité, gloire à Toi.

Roi céleste, Consolateur, Esprit de Vérité, Toi qui es partout présent et qui remplis tout, Trésor des bons et Donateur de vie, viens et demeure en nous, puriÞe-nous de toute souillure et sauve nos âmes, Toi qui es Bonté.

Saint Dieu, saint Fort, saint Immortel, aie pitié de nous. 3 fois

Gloire au Père, au Fils et au saint Esprit,

et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Toute sainte Trinité, aie pitié de nous. Seigneur, remets nos péchés. Maître, pardonne nos iniquités. Saint, visite et guéris nos inÞrmités, à cause de ton Nom.

Kyrie eleison. 3 fois

Gloire au Père... et maintenant...

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctiÞé, que ton règne vienne, que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain substantiel, et remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du malin.

Par les prières...

Kyrie eleison. 12 fois

Gloire... et maintenant...

 

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Roi, notre Dieu.

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ, le Roi, notre Dieu.

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ Lui-même, notre Roi et notre Dieu.

 

PSAUME 50

Aie pitié de moi, ô Dieu, selon ta grande Miséricorde,

et dans ton immense Compassion, efface mon péché.

Lave-moi de plus en plus de mon iniquité,

et de mon péché puriÞe-moi.

Car je connais mon iniquité,

et mon péché est constamment devant moi.

Contre Toi seul j'ai péché, et j'ai fait le mal sous tes Yeux.

Ainsi, Tu seras trouvé juste en tes paroles,

et Tu seras vainqueur quand on Te jugera.

Vois : dans l'iniquité j'ai été conçu,

et j'étais dans le péché quand ma mère m'a enfanté.

Mais Tu aimes la vérité :

Tu m'as révélé les mystères et les secrets de ta Sagesse.

Tu m'aspergeras avec l'hysope et je serai puriÞé,

Tu me laveras et je deviendrai plus blanc que la neige.

Tu me feras entendre des paroles de joie et d'allégresse,

et ils exulteront, les os humiliés.

Détourne ta Face de mes péchés, efface toutes mes iniquités.

Crée en moi un coeur pur, ô Dieu,

et renouvelle en ma poitrine un esprit droit.

Ne me rejette pas loin de ta Face,

et ne retire pas de moi ton Esprit saint.

Rends-moi la joie de ton Salut, et fortiÞe-moi par l'Esprit souverain.

J'enseignerai tes Voies aux pécheurs,

et les impies reviendront vers Toi.

Délivre-moi du sang, ô Dieu, Dieu de mon salut,

et ma langue exultera pour ta Justice.

Seigneur, ouvre mes lèvres; et ma bouche annoncera ta Louange.

Si Tu avais voulu un sacriÞce, je Te l'aurais offert,

mais Tu ne prends aucun plaisir aux holocaustes.

Le sacriÞce qui convient à Dieu, c'est un esprit brisé;

un coeur broyé et humilié, Dieu ne le méprise point.

Accorde tes Bienfaits à Sion dans ta Bienveillance, Seigneur,

et que soient relevés les murs de Jérusalem.

Alors Tu prendras plaisir au sacriÞce de justice,

à l'oblation et aux holocaustes,

alors on offrira de jeunes taureaux sur ton autel.

 

PSAUME 69

O Dieu, sois attentif à me secourir,

Seigneur, hâte-toi de venir à mon aide.

Qu'ils rougissent et soient confondus, ceux qui cherchent mon âme.

Qu'ils retournent en arrière et soient couverts de honte,

ceux qui me veulent du mal.

Qu'ils retournent en arrière et rougissent soudain,

ceux qui me disent : «Très bien, très bien».

Qu'ils exultent et se réjouissent en Toi,

tous ceux qui Te cherchent, ô Dieu.

Et qu'ils disent sans cesse : «Que le Seigneur soit magniÞé !»,

ceux qui aiment ton Salut.

Pour moi, je suis pauvre et indigent, ô Dieu, viens à mon secours.

Tu es mon secours et mon libérateur, Seigneur, ne tarde pas !

 

PSAUME 142

Seigneur, exauce ma prière,

prête l'oreille à ma supplication en ta Vérité,

exauce-moi en ta Justice.

Et n'entre pas en jugement avec ton serviteur,

car nul vivant ne sera trouvé juste devant Toi.

Car l'ennemi a poursuivi mon âme, il a humilié ma vie jusqu'à terre.

Il m'a fait habiter dans les ténèbres,

comme les morts des jours anciens.

Et en moi mon esprit a été saisi d'acédie,

mon coeur a été troublé au-dedans de moi.

Je me suis souvenu des jours d'autrefois,

j'ai médité sur toutes tes ╬uvres,

sur l'ouvrage de tes Mains je méditais.

J'ai étendu mes mains vers Toi,

mon âme est devant Toi comme une terre sans eau.

Hâte-Toi, Seigneur, de m'exaucer, mon esprit défaille.

Ne détourne pas de moi ta Face,

que je ne sois pas semblable à ceux qui descendent dans la fosse.

Fais-moi entendre au matin ta Miséricorde,

parce que j'ai mis en Toi mon espérance.

Fais-moi connaître la voie où je dois marcher,

car vers Toi j'ai élevé mon âme.

Délivre-moi de mes ennemis, Seigneur,

auprès de Toi j'ai cherché refuge.

Apprends-moi à faire ta Volonté, car Tu es mon Dieu.

Ton Esprit bon me conduira dans la terre de rectitude.

A cause de ton Nom, Seigneur, Tu me feras vivre.

En ta Justice, Tu tireras mon âme de la tribulation,

et dans ta Miséricorde, Tu détruiras mes ennemis,

Tu feras périr tous ceux qui oppriment mon âme,

car je suis ton serviteur.

 

PETITE DOXOLOGIE :

Gloire à Dieu dans les hauteurs, et paix sur la terre, bienveillance parmi les hommes. Nous Te chantons, nous Te bénissons, nous T'adorons, nous Te gloriÞons, nous Te rendons grâce pour ta grande Gloire. Seigneur Roi, Dieu céleste, Père tout-puissant, Seigneur Fils seul-engendré, Jésus Christ et saint Esprit. Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père, Toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous, Toi qui ôtes les péchés du monde. Reçois notre supplication, Toi qui sièges à la droite du Père et aie pitié de nous. Car Tu es seul Saint, seul Seigneur, Jésus Christ, pour la gloire de Dieu le Père. Amen. Chaque soir, je Te bénirai et je louerai ton Nom dans le siècle et dans les siècles des siècles. Seigneur, Tu as été pour nous un refuge de génération en génération. Moi, j'ai dit : «Aie pitié de moi, Seigneur, guéris mon âme, car j'ai péché contre Toi.» Seigneur, auprès de Toi je me suis réfugié, apprends-moi à faire ta Volonté, car Tu es mon Dieu. Car auprès de Toi est la source de la vie; dans ta Lumière, nous verrons la lumière. Étends ta Miséricorde à ceux qui Te connaissent. Daigne en cette nuit, Seigneur, nous garder sans péché. Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos pères, et ton Nom est loué et gloriÞé pour les siècles. Amen. Que ta Miséricorde soit sur nous, Seigneur, car nous avons espéré en Toi.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes commandements.

Tu es béni, Maître, apprends-moi tes commandements.

Tu es béni, Saint, illumine-moi par tes commandements.

Seigneur, ta Miséricorde est pour les siècles, ne méprise pas l'oeuvre de tes Mains. A Toi reviennent la louange, le cantique et la gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

CREDO :

Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre et de tout ce qui est visible et invisible. Et en un seul Seigneur, Jésus Christ, Fils seul-engendré de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Lumière de Lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non-créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait. Qui, pour nous les hommes, et pour notre salut, est descendu des cieux, et S'est incarné du saint Esprit et de Marie la Vierge et S'est fait homme. Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, et a souffert et a été enseveli. Et Il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures. Et Il est monté au ciel et siège à la Droite du Père, et Il reviendra avec gloire juger les vivants et les morts et son règne n'aura point de fin. Et en l'Esprit saint, Seigneur qui crée la vie, qui procède du Père, qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les prophètes. Et en l'Église une, sainte, catholique et apostolique. Je confesse un seul baptême pour la rémission des péchés. J'attends la résurrection des morts et la vie du siècle a venir. Amen.

 

LES 24 HYMNES A L'ENFANTRICE DE DIEU

Ayant bien compris sa mission secrète, l'incorporel se rendit promptement dans la hutte de Joseph, disant à la non-mariée : Celui qui incline le ciel par condescendance, sans changer Se renferme en toi tout entier. Aussi Le voyant en ton sein avoir pris la forme d'un esclave, je suis ravi et je t'acclame : Réjouis-toi, Épouse inépousée !

L'ange du premier ordre fut envoyé du ciel dire à l'Enfantrice de Dieu : Réjouis-toi ! Toute sainte Enfantrice de Dieu, sauve-nous. 3 fois

et de sa voix incorporelle, Te voyant, Seigneur, revêtu d'un corps, il exulta et resta ébahi, en lui adressant ces paroles :

Réjouis-toi, par qui la joie va resplendir;

réjouis-toi, par qui la malédiction va s'éclipser.

Réjouis-toi, relèvement d'Adam tombé;

réjouis-toi, délivrance des larmes d'Eve.

Réjouis-toi, hauteur difficile à atteindre aux pensées humaines;

réjouis-toi, profondeur difficile à voir même aux yeux des anges.

Réjouis-toi, car tu es une chaire pour le Roi;

réjouis-toi, car tu portes Celui qui porte toutes choses.

Réjouis-toi, astre qui fais paraître le soleil;

réjouis-toi, ventre de l'Incarnation divine.

Réjouis-toi, par qui la créature se renouvelle;

réjouis-toi, par qui le Créateur se fait enfant.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

La Sainte se voyant dans la pureté, répondit à Gabriel fermement : Le paradoxe de ta voix paraît difficile à comprendre à mon âme. Comment peux-tu me parler de maternité alors que je n'ai pas connu d'homme, en t'exclamant : Alléluia !

Désirant comprendre l'incompréhensible, la Vierge s'exclama devant le serviteur : De mes chastes entrailles comment peut-il naître un Þls ? Dis-le-moi. L'ange répondit avec respect, en l'acclamant ainsi :

Réjouis-toi, initiée au conseil inexprimable;

réjouis-toi, croyante en un dessein à garder secret.

Réjouis-toi, des merveilles du Christ tu es l'exorde;

réjouis-toi, de ses dogmes tu es le sommet.

Réjouis-toi, échelle céleste par laquelle Dieu descendit;

réjouis-toi, pont qui transportes au ciel ceux de la terre.

Réjouis-toi, merveille sans cesse répétée par les anges;

réjouis-toi, blessure très déplorée par les démons.

Réjouis-toi qui engendras la lumière ineffablement;

réjouis-toi qui n'en révélas la manière à personne.

Réjouis-toi, des sages tu dépasses la connaissance;

réjouis-toi, des Þdèles tu éclaires l'intelligence.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

La puissance du Très-Haut couvrit alors de son ombre la non-mariée pour la conception, et désigna son sein stérile comme un champ délicieux pour tous ceux qui veulent moissonner le salut, en psalmodiant ainsi : Alléluia !

La Vierge, ayant reçu Dieu en son sein, vite s'en alla chez Élisabeth. Sur le coup, l'enfant de celle-ci, reconnaissant la salutation, se réjouit et par ses bonds, en guise de chant, il acclama l'Enfantrice de Dieu :

Réjouis-toi, cep d'un rejeton non-desséché;

réjouis-toi, terre productrice d'un fruit sans défaut.

Réjouis-toi qui cultivas un miséricordieux cultivateur;

réjouis-toi qui plantas le planteur de notre vie.

Réjouis-toi, glèbe qui Þs pousser une abondance de miséricorde; réjouis-toi, table qui portas une plénitude de propitiation.

Réjouis-toi, car Tu fais þeurir un pré de délices;

réjouis-toi, car Tu prépares un port aux âmes.

Réjouis-toi, encens d'intercessions bien accueilli;

réjouis-toi, expiation du monde entier.

Réjouis-toi, bienveillance de Dieu envers les mortels;

réjouis-toi, assurance des mortels auprès de Dieu.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Troublé en lui-même, le prudent Joseph s'inquiétait en te voyant, toi la non-mariée, et en te soupçonnant adultère, toi l'Irréprochable. Puis apprenant ta conception par l'Esprit saint, il dit : Alléluia !

Les pâtres entendirent les anges chanter le Christ apparu dans la chair. Courant comme vers leur berger, ils le virent, tel un agneau sans tâche, paissant sur le sein de Marie et, en chantant celle-ci, ils dirent :

Réjouis-toi, mère de l'agneau et du pasteur;

réjouis-toi, bercail des brebis spirituelles.

Réjouis-toi, retranchement contre les ennemis invisibles;

réjouis-toi, clef pour ouvrir les portes du paradis.

Réjouis-toi, parce que les cieux se réjouissent avec la terre;

réjouis-toi, parce que la terre danse avec les cieux.

Réjouis-toi, bouche des apôtres qui ne peut se taire;

réjouis-toi, courage invincible des athlètes couronnés.

Réjouis-toi, très solide soutien de la foi;

réjouis-toi, éclatante preuve de la grâce.

Réjouis-toi, par qui l'enfer fut dépouillé;

réjouis-toi, par qui nous sommes revêtus de gloire.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Les mages observèrent l'astre allant vers Dieu. En suivant son éclat, ils le tinrent comme un þambeau, pour chercher à sa lumière un roi puissant. Ayant rejoint l'Inaccessible, ils se réjouirent de Lui, en L'acclamant : Alléluia !

Les Þls de Chaldée virent dans les mains de la Vierge Celui qui de ses Mains façonna les hommes, et reconnaissant en Lui le Seigneur, bien qu'Il eût pris la forme d'un esclave, ils s'empressèrent de L'honorer par leurs présents et de dire à la Toute-Bénie :

Réjouis-toi, mère de l'astre sans couchant;

réjouis-toi, aurore du jour mystique.

Réjouis-toi qui éteignis la fournaise de la tromperie;

réjouis-toi qui éclaires les initiés de la Trinité.

Réjouis-toi qui expulsas le tyran inhumain de son empire;

réjouis-toi qui montras le Christ comme Seigneur très humain.

Réjouis-toi qui nous rachetas de la croyance païenne;

réjouis-toi qui nous délivras des oeuvres de la fange.

Réjouis-toi qui as mis Þn au culte du feu;

réjouis-toi qui as étouffé la þamme des passions.

Réjouis-toi, guide des Þdèles vers la sagesse;

réjouis-toi, allégresse de toutes les générations.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Devenus des hérauts porteurs de Dieu, les mages retournèrent à Babylone, accomplissant la prophétie, Te proclamant le Christ devant tous et laissant Hérode comme un sot, indigne de psalmodier : Alléluia !

Projetant sur l'Égypte l'éclat de la vérité Tu chassas les ténèbres du mensonge. Les idoles de ce pays, ô Sauveur, ne pouvant supporter ta Puissance, tombèrent. Et ceux qui en furent délivrés, s'écrièrent à l'Enfantrice de Dieu :

Réjouis-toi, relèvement des hommes;

réjouis-toi, renversement des démons.

Réjouis-toi qui piétinas l'égarement de la fourberie;

réjouis-toi qui blâmas l'artiÞce des idoles.

Réjouis-toi, mer qui engloutis le Pharaon spirituel;

réjouis-toi, rocher qui abreuves ceux qui ont soif de la vie.

Réjouis-toi, colonne de feu guidant ceux qui sont dans les ténèbres;

réjouis-toi, du monde un ombrage plus large qu'un nuage.

Réjouis-toi, nourriture qui remplaces la manne;

réjouis-toi qui sers les saints délices.

Réjouis-toi, terre de la promesse;

réjouis-toi d'où coulent le miel et le lait.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Comme Siméon allait du présent siècle trompeur trépasser, Tu lui fus présenté comme un enfant, mais il reconnut aussi en Toi un Dieu parfait. C'est pourquoi il admira ton ineffable Sagesse, s'écriant : Alléluia !

Le Créateur révéla une nouvelle créature, en apparaissant à nous qui sommes créés par Lui. Germé d'un sein non ensemencé, Il le conserva tel qu'il était, intact, aÞn que nous, voyant la merveille, nous la chantions en acclamant :

Réjouis-toi, þeur de l'incorruptibilité;

réjouis-toi, couronne de la tempérance.

Réjouis-toi qui fais resplendir l'image de la résurrection;

réjouis-toi qui manifestes la vie angélique.

Réjouis-toi, arbre aux fruits splendides dont se nourrissent les Þdèles;

réjouis-toi, bois au généreux feuillage sous lequel beaucoup cherchent l'ombre.

Réjouis-toi qui portas dans ton sein le guide des égarés;

réjouis-toi qui donnas le jour au libérateur des captifs.

Réjouis-toi, du juste Juge l'apaisement;

réjouis-toi, pardon pour beaucoup de coupables.

Réjouis-toi, étole de ceux qui sont dénués du droit d'appel;

réjouis-toi, affection qui surpasses tout désir.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Voyant une étrange naissance, devenons étrangers au monde, transportant notre esprit dans le ciel. C'est pourquoi apparut en effet le Très-Haut sur terre comme un simple homme, voulant attirer jusqu'aux cimes tous ceux qui L'acclament :

Alléluia !

Il était tout entier ici-bas sans que pour autant de là-haut le Verbe incirconscrit s'éloignât. Une condescendance divine plutôt qu'un déplacement local s'opéra : l'enfantement d'une vierge pleine de Dieu qui entend ces paroles :

Réjouis-toi, site du Dieu insituable;

réjouis-toi, porte du vénérable mystère.

Réjouis-toi, pour les incroyants rumeur contestée;

réjouis-toi, pour les croyants Þerté incontestée.

Réjouis-toi, char très saint de Celui qui est au-dessus des chérubins;

réjouis-toi, demeure très magniÞque de Celui qui est au-dessus des séraphins.

Réjouis-toi qui unis les choses contraires;

réjouis-toi qui joignis la maternité à la virginité.

Réjouis-toi par qui la prévarication a été absoute;

réjouis-toi par qui le paradis a été ouvert.

Réjouis-toi, clef du royaume du Christ;

réjouis-toi, espérance des biens éternels.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Le monde entier des anges admira la grande oeuvre de ton Incarnation. En effet un Dieu en Soi inaccessible Se montre à tous accessible comme un homme habitant parmi nous, mais S'entendant acclamer par tous : Alléluia !

Nous voyons les rhéteurs loquaces muets comme les poissons devant toi, ô Enfantrice de Dieu, incapable de dire comment, demeurant vierge, tu fus capable d'enfanter. Pour nous, admirant le mystère, nous t'acclamons pleins de foi :

Réjouis-toi, réceptacle de la Sagesse de Dieu;

réjouis-toi, cellier de sa Providence.

Réjouis-toi, qui convaincs de sottise les philosophes;

réjouis-toi qui dévoiles l'absurdité des hommes de science.

Réjouis-toi, car les chercheurs subtils deviennent hésitants;

réjouis-toi, car les faiseurs de fables deviennent stériles.

Réjouis-toi, des Athéniens tu as brisé les lacets;

réjouis-toi, des pêcheurs tu as rempli les Þlets.

Réjouis-toi, tu retires de l'abîme de l'ignorance;

réjouis-toi, qui en illumines beaucoup dans la science.

Réjouis-toi, barque pour ceux qui veulent être sauvés;

réjouis-toi, port des navires de la vie.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Voulant sauver le monde, Celui qui orne toutes choses y vint de son propre gré. Bien que pasteur en tant que Dieu, pour nous Il apparut parmi nous comme homme. Appelant le semblable vers le semblable, comme Dieu, Il entend : Alléluia !

Tu es un rempart pour les vierges, ô Enfantrice de Dieu et Vierge, et pour tous ceux qui recourent à toi. Car le Créateur du ciel et de la terre t'embellit, ô Immaculée, en habitant dans ton sein et apprit à tous à t'acclamer :

Réjouis-toi, colonne de la virginité;

réjouis-toi, porte du salut.

Réjouis-toi, prémices du renouvellement spirituel;

réjouis-toi, donatrice de la divine Largesse.

Réjouis-toi, car tu régénéras ceux qui sont conçus dans la honte;

réjouis-toi, car tu donnes l'intelligence à ceux dont l'esprit fut pillé.

Réjouis-toi, qui écrases le corrupteur des esprits;

réjouis-toi, qui engendras le Semeur de la chasteté.

Réjouis-toi, lit nuptial des noces sans semence;

réjouis-toi, qui unis les Þdèles au Seigneur.

Réjouis-toi, chaste nourrice de vierges;

réjouis-toi, pareuse nuptiale des âmes saintes.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Toute hymne échoue quand elle se presse pour couvrir l'étendue de tes multiples Pardons. Même si nous T'adressions des odes nombreuses comme les grains de sable, ô saint Roi, jamais nous ne rendrions l'équivalent de ce que Tu nous as donné, à nous qui crions : Alléluia !

Comme un þambeau lumineux paru aux hommes dans les ténèbres, nous contemplons la Vierge sainte. Ayant allumé une lumière immatérielle, elle conduit tous à la science divine. Aurore éclairant l'intelligence, elle est honorée par ces acclamations :

Réjouis-toi, rayon du soleil spirituel;

réjouis-toi, éclat de la lumière sans couchant.

Réjouis-toi, éclair qui illumines les âmes;

réjouis-toi, tonnerre qui abats les ennemis.

Réjouis-toi, car tu émets une lumière très éclatante;

réjouis-toi, car tu répands un þeuve à grandes eaux.

Réjouis-toi, qui reproduis l'image de la piscine;

réjouis-toi, qui enlèves la souillure du péché.

Réjouis-toi, bassin qui laves la conscience;

réjouis-toi, coupe qui répands l'allégresse.

Réjouis-toi, parfum de la Suavité du Christ;

réjouis-toi, vie du mystique banquet.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

Voulant faire grâce des dettes anciennes, Celui qui paie les dettes de tous, vint en personne vers ceux qui s'étaient éloignés de sa Grâce. Et quand Il eut déchiré la créance, Il S'entendit acclamer par tous : Alléluia !

Chantant ton enfantement, nous te louons tous comme un temple animé, ô Enfantrice de Dieu. En habitant dans ton sein, le Seigneur qui tient tout en sa Main te sanctiÞa, te gloriÞa, et apprit à tous à t'acclamer :

Réjouis-toi, tabernacle de Dieu et du Verbe;

réjouis-toi, sainte plus grande que les saints.

Réjouis-toi, arche dorée par l'Esprit;

réjouis-toi, trésor inépuisable de vie.

Réjouis-toi, diadème précieux des pieux rois;

réjouis-toi, gloire vénérable des saints prêtres.

Réjouis-toi, de l'Église tour inébranlable;

réjouis-toi, de l'Empire rempart imprenable.

Réjouis-toi, par qui les trophées se dressent;

réjouis-toi, par qui les ennemis succombent.

Réjouis-toi, guérison de ma chair;

réjouis-toi, salut de mon âme.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

O Mère digne de toute louange qui enfantas le Verbe plus saint que tous les saints - toute sainte Enfantrice de Dieu, sauve-nous . 3 fois

daigne agréer cette offrande, délivre-nous tous de toute calamité et sauve-nous du châtiment futur , nous qui crions ensemble : Alléluia !

L'ange du premier ordre fut envoyé du ciel dire à l'Enfantrice de Dieu : Réjouis-toi ! Et de sa voix incorporelle, Te voyant, Seigneur, revêtu d'un corps, il exulta et resta ébahi, en lui adressant ces paroles :

Réjouis-toi, par qui la joie va resplendir;

réjouis-toi, par qui la malédiction va s'éclipser.

Réjouis-toi, relèvement d'Adam tombé;

réjouis-toi, délivrance des larmes d'Eve.

Réjouis-toi, hauteur difficile à atteindre aux pensées humaines;

réjouis-toi, profondeur difficile à voir même aux yeux des anges.

Réjouis-toi, car tu es une chaire pour le Roi;

réjouis-toi, car tu portes Celui qui porte toutes choses.

Réjouis-toi, astre qui fais paraître le soleil;

réjouis-toi, ventre de l'Incarnation divine.

Réjouis-toi, par qui la créature se renouvelle;

réjouis-toi, par qui le Créateur se fait enfant.

Réjouis-toi, Épouse inépousée !

 

A toi l'invincible stratège, l'hymne de la victoire. Moi, ta ville libérée des malheurs, je t'offre l'action de grâce, ô Enfantrice de Dieu. A toi dont la puissance est invincible, délivre-moi de tout danger afin que je t'acclame en chantant : Réjouis-toi, Épouse inépousée !

De la beauté de ta virginité et de ta sur-brillante pureté, Gabriel émerveillé te disait, Enfantrice de Dieu : Quel digne éloge te faire parvenir et comment te nommer, je manque de ressources et je sors de mon raisonnement. C'est pourquoi, comme me fut ordonné, je te dis : Réjouis-toi, pleine de grâce !

Réjouis-toi, porte infranchissable du Seigneur; réjouis-toi, rempart et abri de ceux qui accourent vers toi. Réjouis-toi, port tranquille, toi, la non-mariée qui enfantas en chair ton Créateur et Dieu; ne manque pas d'intercéder pour ceux qui exaltent et se prosternent devant ton enfantement.

Les réussites des saints martyrs furent admirées grandement par les puissances des cieux. Car ayant bien lutté, ils ont, en un corps mortel, vaincu invisiblement, par la force de la Croix, l'ennemi incorporel, et maintenant ils intercèdent auprès du Seigneur pour le salut de nos âmes.

Ton immédiate protection, ton secours et ta pitié, montre-les envers ton esclave et les vagues de vains raisonnements, calme, ô Toute-Pure, et mon âme tombée relève, Enfantrice de Dieu, car Vierge, je sais que tu peux tout ce que tu veux.

Réjouis-toi, sainte montagne par Dieu empruntée; réjouis-toi, buisson vivant et qui ne s'enflamme pas. Réjouis-toi pont unique du monde vers Dieu qui transportes les mortels à la vie éternelle; réjouis-toi, jeune Þlle intacte, toi qui enfantas sans expérience d'homme le salut de nos âmes.

Il est digne en vérité de te nommer bienheureuse, toi l'Enfantrice de Dieu, la toujours bienheureuse et toute-irréprochable et Mère de notre Dieu. Toi plus vénérable que les chérubins et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, toi qui sans corruption enfantas Dieu le Verbe, toi l'Enfantrice de Dieu en essence, nous te magniÞons.

Mon espoir très doux et mon soulagement et joie de mon âme, ma Toute-Sainte. De cette joie-là, rends-moi participant, Toute-Innocente. Amen.

 

Trisagion : (Saint Dieu... Notre Père... )

Par les prières...

Kondakion du jour et de la fête.

Kyrie eleison. 40 fois

Toi qui en tout temps et à toute heure, au ciel et sur la terre, es adoré et gloriÞé, Christ-Dieu, longanime, plein de pitié, miséricordieux, qui aimes le juste et fais miséricorde au pécheur, qui appelles tout homme au salut par l'annonce des biens à venir, Toi, Seigneur, accepte encore à cette heure nos requêtes et dirige notre vie selon tes commandements. SanctiÞe nos âmes, rends chastes nos corps, redresse nos raisonnements, puriÞe nos pensées et délivre-nous de toute afþiction, de tout mal, de toute douleur. Entoure-nous de tes saints anges, aÞn que protégés, gardés et conduits par eux, nous parvenions à l'unité de la foi et à la connaissance de ta Gloire inaccessible, car Tu es béni dans les siècles des siècles. Amen.

Kyrie eleison. 3 fois

Gloire... et maintenant...

Toi plus vénérable que les chérubins et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, toi qui sans corruption enfantas Dieu le Verbe, toi l'Enfantrice de Dieu en essence, nous te magniÞons.

Sauve-nous, ô Vierge toute sainte.

 

PRIERE DE PAUL LE MOINE A LA TOUTE SAINTE :

Souveraine sans tache, sans souillure, sans corruption, immaculée, pure, Vierge, sainte épouse de Dieu, qui sur la terre as uni, par ton merveilleux enfantement, aux humains le Verbe Dieu, pour conjoindre avec les cieux, depuis son lointain exil la nature des mortels, seule espérance des sans-espoir, rempart des assiégés, sûr abri pour qui te cherche et refuge de tous les chrétiens : loin de toi n'écarte pas le pécheur que je suis, enjôlé par des pensées, des paroles et des actions qui offensent la vertu, et, par lâcheté d'esprit, attaché comme un esclave aux plaisirs de cette vie. Toi, la Mère de Dieu Ami de l'homme, condescends, en ton amour de l'homme, à moi, pécheur et prodigue et accepte la supplication que je t'adresse de mes lèvres souillées, et, usant de ton assurance de mère, supplie ton Fils, notre Maître et Seigneur, aÞn qu'Il ouvre à moi aussi les entrailles de sa Compassion et son Coeur aimant l'homme et sans regarder mes péchés sans nombre, me ramène à la pénitence et fasse de moi un Þdèle observateur de ses commandements. Sois présente à mes côtés et sans cesse montre-moi bienveillance et compassion : tout au long de cette vie, sois ma protectrice fervente et mon aide, détournant comme un rempart les assauts des ennemis, comme un phare me guidant vers le salut; lorsque l'heure du départ sonnera pour ma pauvre âme, en ta grande bienveillance aie soin d'elle et chasse au loin la face des noirs démons; puis au jour du redoutable Jugement, sauve-moi de l'éternel châtiment, aÞn que grâce à toi je devienne l'héritier de la Gloire ineffable de ton Fils et notre Dieu. Puissé-je l'obtenir, Vierge souveraine et toute sainte Enfantrice de Dieu, par ta faveur et protection, par la Grâce et l'Amour pour l'homme de ton Fils seul-engendré, notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ à qui reviennent toute gloire, tout hommage et toute adoration, avec son Père sans commencement et son tout-saint, bon et viviÞant Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

PRIERE DU MOINE ANTIOCHE A NOTRE SEIGNEUR JÉSUS CHRIST :

Donne-nous aussi, Maître, à nous qui allons dormir, repos d'âme et de corps. Garde-nous du sombre sommeil du péché et de toute volupté obscure de la nuit. Fais cesser l'élan des passions, éteins les þèches enþammées du malin perÞdement dirigées contre nous. Réprime les révoltes de notre chair et endors en nous toute pensée terrestre et matérielle. Accorde-nous aussi, ô Dieu, un intellect en éveil, une pensée tempérante, un coeur sobre, un sommeil léger, délivré de toute imagination satanique. Puis, fais-nous lever au temps de la prière, affermis dans tes commandements, et gardant en nous sans faille le souvenir de tes jugements. Donne-nous de veiller toute la nuit pour célébrer ta Gloire, en chantant, bénissant et gloriÞant ton Nom sublime et magniÞque, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Plus que glorieuse Enfantrice de Dieu toujours vierge et bénie, présente notre prière à ton Fils et notre Dieu et demande que par toi Il sauve nos âmes.

Mon espoir, c'est le Père, mon refuge, le Fils, ma protection, le saint Esprit; Trinité sainte, gloire à Toi.

Mon espérance, ô Mère de Dieu, toute entière je la mets en toi, garde-moi sous ta protection.

En toi se réjouit, Pleine de grâce, toute la création, l'ordre des anges et la race des hommes; temple sanctiÞé et paradis raisonnable, Þerté des vierges; toi de qui Dieu S'incarna et par qui devint petit enfant notre Dieu qui existait avant les siècles. De ton sein, Il a fait un trône, et Il a rendu tes entrailles plus vastes que les cieux. En toi se réjouit, Pleine de grâce, toute la création, gloire à toi.

 

PRIERE A L'ANGE GARDIEN :

Saint ange, préposé à la garde de mon âme misérable et de ma vie tourmentée, ne m'abandonne pas, moi, pécheur, et ne t'éloigne pas de moi à cause de mon intempérance. Ne laisse pas de place au démon malin pour dominer sur moi par la tyrannie de ce corps mortel. Tiens ma main misérable et affaiblie, et conduis-moi dans la voie du salut ! Oui, saint ange de Dieu, gardien et protecteur de mon âme misérable et de mon corps, pardonne-moi tout ce par quoi je t'ai afþigé tous les jours de ma vie et et si j'ai péché aujourd'hui, protège-moi la nuit qui vient et préserve-moi contre toute inþuence de l'ennemi, aÞn que par aucun péché je n'irrite Dieu; et intercède pour moi auprès du Seigneur, aÞn qu'Il m'affermisse dans sa Crainte et me révèle comme un serviteur digne de sa Bonté. Amen.

 

PRIERE A LA MERE DE DIEU :

Ma toute sainte Souveraine, ô Enfantrice de Dieu, bannis de moi, pécheur et indigne, l'acédie, l'oubli, l'ignorance, la négligence; et toutes les pensées malignes, impures et impies, écarte-les de mon coeur misérable et malheureux, de mon âme souillée et de mon intelligence obscurcie; éteins la þamme de mes passions, délivre-moi des souvenirs et des préjugés pervers qui surviennent en moi et libère-moi de toutes mes mauvaises actions du jour et de la nuit, car tu es toute bénie et ton saint nom est gloriÞé dans les siècles des siècles. Amen.

 

PRIERE DE SAINT EPHREM LE SYRIEN :

Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, qui as fait connaître ta sainte Mère plus vénérable que toutes les puissances célestes, Toi qui es toute Bonté, par son intercession et celle de tous tes saints, accepte ma prière et pardonne-moi, à ton indigne serviteur, si j'ai péché aujourd'hui, humainement ou plutôt inhumainement, mes fautes volontaires et involontaires, en connaissance et par ignorance, commises par séduction, par inattention, par ma grande indolence et mon insouciance; si j'ai juré par ton saint Nom, si j'ai parjuré, ou blasphémé par la pensée, ou provoqué ta Colère, ou volé ou menti, ou si un ami s'est approché de moi et je m'en suis détourné, ou si j'ai afþigé et peiné mon frère, ou, quand j'assistais à la prière et à la psalmodie, mon intelligence maligne a erré parmi les choses mauvaises et terrestres, ou si j'ai mangé plus que le nécessaire, ou dit des plaisanteries ou ri impudemment; si j'ai été vaniteux ou orgueilleux, ou si j'ai regardé une beauté vaine et mon intelligence a été séduite par elle; si j'ai bavardé de choses inutiles ou examiné attentivement le défaut de mon frère et l'ai jugé, tout en fermant les yeux sur mes propres fautes innombrables, ou négligé ma prière, ou si je n'ai pas observé l'ordre de mon père spirituel et ne l'ai pas gardé, ou tout autre mal que j'ai conçu. Tout cela, et d'autres que j'ai commis et dont je ne me souviens pas, pardonne-les, ô Dieu, à moi, ton serviteur inutile, et aie pitié de moi, Toi qui es bon et Ami de l'homme, aÞn que je dorme en paix, moi, le prodigue, en Te gloriÞant avec ton Père et ton tout-saint, bon et viviÞant Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Réjouis-toi, Marie, pleine de grâce, Vierge Enfantrice de Dieu, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni, car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes. 3 fois

Nous nous réfugions sous ta compassion, ô Enfantrice de Dieu, ne te détourne pas de nos supplications en toute circonstance, mais délivre-nous des dangers, toi la seule pure, la seule bénie.

Par les prières de nos pères saints, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous. Amen.