OFFICE DE MINUIT DU DIMANCHE

 

En te réveillant, dis avec piété et crainte de Dieu les prières suivantes :

 

Par les prières de nos pères saints, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi, Sainte Trinité, gloire à Toi.

Roi du Ciel, Consolateur, Esprit de Vérité, Toi qui es partout présent et qui remplis tout, Trésor des bons et Donateur de vie, viens et demeure en nous, puriÞe-nous de toute souillure et sauve nos âmes, Toi qui es Bonté.

Saint Dieu, saint Fort, saint Immortel, aie pitié de nous. 3 fois

Gloire au Père, au Fils et au saint Esprit, et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Toute sainte Trinité, aie pitié de nous, Seigneur, remets nos péchés. Maître, pardonne nos iniquités. Saint visite et guéris nos inÞrmités, à cause de ton Nom.

Kyrie eleison. 3 fois

Gloire au Père, au Fils et au saint Esprit, et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctiÞé, que ton Règne vienne, que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain substantiel et remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du malin.

Par les prières de nos pères saints, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous.

Kyrie eleison. 12 fois

Gloire au Père, au Fils et au saint Esprit, et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

 

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Roi, notre Dieu.

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ, le Roi, notre Dieu.

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ Lui-même, notre Roi et notre Dieu.

 

PSAUME 50

Aie pitié de moi, ô Dieu, selon ta grande Miséricorde,

et dans ton immense Compassion, efface mon péché.

Lave-moi de plus en plus de mon iniquité,

et de mon péché puriÞe-moi.

Car je connais mon iniquité,

et mon péché est constamment devant moi.

Contre Toi seul j'ai péché, et j'ai fait le mal sous tes Yeux.

Ainsi, Tu seras trouvé juste en tes paroles,

et Tu seras vainqueur quand on Te jugera.

Vois : dans l'iniquité j'ai été conçu,

et j'étais dans le péché quand ma mère m'a enfanté.

Mais Tu aimes la vérité :

Tu m'as révélé les mystères et les secrets de ta Sagesse.

Tu m'aspergeras avec l'hysope et je serai puriÞé,

Tu me laveras et je deviendrai plus blanc que la neige.

Tu me feras entendre des paroles de joie et d'allégresse,

et ils exulteront, les os humiliés.

Détourne ta Face de mes péchés, efface toutes mes iniquités.

Crée en moi un coeur pur, ô Dieu,

et renouvelle en ma poitrine un esprit droit.

Ne me rejette pas loin de ta Face,

et ne retire pas de moi ton Esprit saint.

Rends-moi la joie de ton Salut,

et fortiÞe-moi par l'Esprit souverain.

J'enseignerai tes Voies aux pécheurs,

et les impies reviendront vers Toi.

Délivre-moi du sang, ô Dieu, Dieu de mon salut,

et ma langue exultera pour ta Justice.

Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera ta Louange.

Si Tu avais voulu un sacriÞce, je Te l'aurais offert,

mais Tu ne prends aucun plaisir aux holocaustes.

Le sacriÞce qui convient à Dieu, c'est un esprit brisé;

un coeur broyé et humilié, Dieu ne le méprise point.

Accorde tes Bienfaits à Sion dans ta Bienveillance, Seigneur,

et que soient relevés les murs de Jérusalem.

Alors Tu prendras plaisir au sacriÞce de justice,

à l'oblation et aux holocaustes,

alors on offrira de jeunes taureaux sur ton autel.

 

On fait suivre le canon triadique du mode occurrent.

 

Il est suivi de ces tropaires triadiques :

 

Il est vraiment digne de chanter la surdivine Trinité, le Père éternel et tout-créant, le Verbe coéternel qui est engendré du Père avant les siècles et sans en être séparé, et le saint Esprit qui procède du Père en dehors du temps.

Il est vraiment digne de Te gloriÞer, Dieu le Verbe, devant qui frissonnent et tremblent les chérubins et que gloriÞent les puissances des cieux, Celui qui, le troisième jour, est ressuscité du tombeau, le Christ donateur de vie, gloriÞons-Le dans la crainte.

Chantons tous, comme il convient à Dieu, avec des chants inspirés par Dieu, le Père et le Fils et l'Esprit divin, puissance, règne et seigneurie tri-hypostatique.

Celle que chantent tous les humains, les puissances des cieux la chantent également; c'est elle qui est adorée par tous les croyants, l'Unité par essence, et tri-hypostatique.

Toi qui régis les chérubins en Seigneur, et gouvernes vraiment les séraphins divinement, Trinité indivisiblement dans l'Unité, qui es véritablement pouvoir divin, nous Te magniÞons.

J'adore le Père éternel, Dieu le Verbe coéternel avec l'Esprit. Honorons de nos hymnes l'essence indivisible, unique et simple, l'Unité en nombre trois.

Fais luire sur moi l'éclat de tes rayons lumineux, mon Dieu, Créateur hypostatique, et montre-moi la maison brillante, lumineuse et sans variation, de ta Gloire inaccessible.

Devant qui frissonnent et tremblent les chérubins, que gloriÞent les armées des anges, de la Vierge ineffablement incarné, le Christ viviÞcateur, avec crainte, nous Le gloriÞons.

Salut, Croix, sceptre sacré du Christ, porteur de vie, Þerté des chrétiens, Maître orthodoxe de hauts faits, gloire des prêtres, purge des démons, ô Croix toute sainte !

En voyant, Vierge intacte, ton Fils ressusciter des morts comme il convient à Dieu, la nature a été remplie d'une joie inexprimable, en Le gloriÞant et en t'honorant.

Il est digne en vérité de te nommer bienheureuse, toi l'Enfantrice de Dieu, la toujours bienheureuse et toute irréprochable et Mère de notre Dieu.

Toi plus vénérable que les chérubins, et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, toi qui sans corruption enfantas Dieu le Verbe, toi l'Enfantrice de Dieu en essence, nous te magniÞons.

 

Trisagion : (Saint Dieu … Notre Père …)

Par les prières …

L'hypakoï du mode.

Kyrie eleison. 40 fois

 

Gloire au Père, au Fils et au saint Esprit, et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Toi plus vénérable que les chérubins, et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, toi qui sans corruption enfantas Dieu le Verbe, toi l'Enfantrice de Dieu en essence, nous te magniÞons.

Par les prières de nos pères saints, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous. Amen.

 


HYPAKOÏ POUR LES DIMANCHES DES 8 MODES.

 

Mode 1 :

La pénitence du larron force le paradis. La lamentation des myrophores annonce la joie, car Christ-Dieu ressuscite et donne au monde la grande pitié.

Mode 2 :

Après ta Passion les femmes vinrent à ton sépulcre y parfumer ton Corps, ô Christ-Dieu. Elles y virent les anges et en furent effrayées en entendant leurs voix disant : le Seigneur est ressuscité, donnant au monde la grande pitié.

Mode 3 :

L'ange resplendissant frappe de stupeur, par son éclat, les femmes myrophores, et ses paroles les remplissent de joie : Pourquoi cherchez-vous dans le sépulcre Celui qui est vivant ? Il est ressuscité ! Il a vidé les tombeaux. Sachez que Celui qui a changé la corruption demeure inaltérable et dites à Dieu : Tes Oeuvres sont redoutables, Toi qui as sauvé le genre humain.

Mode 4 :

Les myrophores courent annoncer aux apôtres la nouvelle de ta Résurrection, ô Christ. Elles leur disent que Tu es ressuscité comme Dieu donnant au monde la grande pitié.

Mode 5 :

Les myrophores, étonnées à la vue de l'ange, mais l'âme illuminée par la divine Résurrection, vinrent dire aux apôtres : Annoncez aux nations la Résurrection du Seigneur, car Il coopère avec vous par ses miracles et donne au monde la grande pitié.

Mode 6 :

Par ta viviÞante et volontaire mort, ô Christ, Tu as brisé comme Dieu les portes de l'enfer. Tu nous as rouvert l'ancien paradis et, ressuscité des morts, Tu as arraché notre vie à la corruption.

Mode 7 :

Toi qui as pris notre forme et qui as souffert la croix dans ton Corps, ô Christ-Dieu, sauve-moi par ta Résurrection, ô Ami de l'homme.

Mode 8 :

Les myrophores debout près du tombeau du Donateur de vie, cherchent parmi les morts le Seigneur immortel. Elles reçoivent des anges l'évangile de joie et vont annoncer aux apôtres : Le Seigneur est ressuscité et donne au monde la grande pitié.